L'Astronomie en toute simplicité

Préparer une session d’observation ou photographique – 2

PDF

L’article précédent a permis de définir tous les éléments nécessaires à la préparation d’une séance d’observation ou photographique.

A partir de ces éléments nous allons définir une séance réelle, pour cela on doit préciser :

  • Le lieu de la séance
  • La date et l’heure
  • Le type de séance : observation (directe, video), photo planétaire ou ciel profond
  • Le(s) cibles
  • L’instrument et les accessoires
  • Les conditions sont-elles favorables : Lune, météo, …

Exemple 1

  • Type de séance : visuel assisté (observation via une caméra video) en ciel profond
  • Lieu : Maison Jo
  • Quand : entre le 19/10/2015 et le 31/10/2015
  • Instrument : Celestron NexStar Evolution 9.25 + caméra Mallincam Jr Pro

Il faut d’abord s’assurer que les conditions sont favorables : le ciel profond nécessite un ciel sans Lune. Pour vérifier cela on va utiliser une fonctionnalité de AstroPlanner, qui permet d’écrire, d’exécuter et de partager des scripts.

Ainsi j’ai récupéré le script « Darkness Calendar » partagé par « Paul Rodman » l’auteur de AstroPlanner :  ce script permet pour un lieu et un mois donnés de déterminer entre autres,  la plage horaire de la nuit complète (Astronomical darkness) et la configuration lunaire

Pour la période du 10/2015 au lieu précisé on obtient les données suivantes :

AP80

Si on regarde la période du 19/10/2015 au 31/10/2015 on voit que les seules nuits exploitables sont les suivantes :

Nuit Moon Set Astronomical Darkness ends Durée
19/10 – 20/10 21:22 04:16 06:54
20/10 – 21/10 22:22 04:18 05:56
21/10 – 22/10 23:27 04:18 04:51
23/10 00:37 04:20 03:43
24/10 01:50 04:21 02:31
25/10 03:05 04:22 01:17

Les heures sont en UTC

Le choix de l’instrument et de la caméra impose une taille limite (FoV) aux cibles que l’on peut capturer complétement, dans notre exemple on se limite à une taille de 11′

Une autre limite liée à l’instrument est la magnitude visuelle limite, qui est pour l’instrument choisi de 14.6, l’utilisation d’une caméra video qui permet d’accumuler du flux, permet de gagner au moins 1 à 1.5 magnitude soit dans notre cas d’aller jusqu’à la magnitude 16. Les objets de notre liste ayant tous une magnitude supérieure (une valeur plus petite) cela ne pose pas de problème.

Pour limiter la liste j’ai décidé de ne conserver que les galaxies et les nébuleuses planétaires

D’autre part pour minimiser l’impact de l’atmosphère on va éliminer les objets dont l’altitude est inférieure à 30°. L’altitude d’un objet variant d’une nuit à l’autre, il faut pour chaque objet et pour le jour choisi dans la période définie ci-dessus vérifier qu’il est au dessus de 30° aux dates et heures définies

Considérons la nuit du 20/10 au 21/10, on positionne date et heure

AP83

On démarre l’indicateur de visibilité à court terme à 22H sur une durée de 6H

AP84

Sur ce graphique les croix rouges montrent l’altitude de M76 : on vérifie que cette altitude reste au-dessus de 30° (première ligne horizontale pointillée) une bonne partie de la durée, ce qui est le cas.

On réalise cela pour chaque objet que l’on veut observer

La durée de 6H est le minimum que l’on peut positionner, mais il est évident que c’est sur la durée effective de la séance que l’on se base pour vérifier l’observabilité des objets sélectionnés

On obtient alors la liste des objets que l’on pourra observer avec tous les paramètres spécifiés

Il reste une dernière étape : optimiser le déplacement de l’instrument dans le pointage successif des objets de la liste.

Pour cela AstroPlanner nous fournit l’outil nécessaire : menu Objet -> Minimum Slew Order. AstroPlanner ordonne alors la liste des objets de façon à minimiser le déplacement de l’instrument entre chaque objet. L’objet sélectionné dans la liste sera considéré comme le premier de la séquence, à priori il me semble logique de sélectionner l’objet le plus bas en altitude.

Cependant dans notre liste on a quelques objets qui sont à la limite des 30°, il serait souhaitable de les visiter en premier ce qui n’est pas forcément ce que donnera l’optimisation de déplacement

Heureusement AstroPlanner nous fournit un autre outil qui va nous permettre d’utiliser l’outil d’optimisation tout en visitant les objets les plus bas en premier. Pour cela on utilise l’association d’objets : quand on associe des objets ceux-ci restent dans l’ordre qu’ils avaient lors de l’association, ensuite quand on demande un autre type d’ordre c’est le bloc entier qui est déplacé, les objets à l’intérieur du bloc conserve leur position.

Pour l’exemple en cours, j’ai d’abord trié la liste par altitude croissante

AP86

Puis j’ai sélectionné les objets dont l’altitude est inférieure à 40°, puis clic-droit -> Associate selected objects

AP87

Une marque apparait à gauche des objets associés

AP88

On peut maintenant ordonner la liste complète pour optimiser les déplacements de l’instrument, en sélectionnant l’objet de plus basse altitude (il fait parti du bloc d’objets associés)

AP85

  • Sort Method : on précise ici que l’on utilise une monture Alt-Az
  • Re-order objects within association where necessary : on précise si on désire optimiser le déplacement des objets à l’intérieur du bloc des objets associés (par défaut on garde l’ordre présent lors de l’association)

AP89

On voit que le bloc des objets associés arrive en tête, ce qui est normal, et qu’à l’intérieur du bloc les objets ne sont plus dans l’ordre croissant des altitudes, mais que le déplacement a également était optimisé

Il reste un facteur à considérer, la météo, AstroPlanner permet de récupérer des données météo liées à l’astronomie à partir 7Timer Chart : menu Observation -> Forecasts -> 7Timer Chart

Les données sont fournies pour le jour en cours et le lendemain

AP90

En cliquant sur l’image on ouvre une page Web qui affiche d’autres informations ainsi que la définition des icônes

Exemple 2

  • Type de séance : photographie en ciel profond d’un objet
  • Lieu : Cuq En Capel
  • Quand : durant le mois de septembre
  • Instrument : GSO f/8 RC 8″ + SBIG ST-8300M

En utilisant le script « Darkness Calendar » on recherche des nuits sans Lune pendant la période indiquée.

AP91

On constate :

  • Du 13/09 au 16/09 : Nouvelle Lune ou la Lune est couchée avant la nuit noire
  • Les jours suivant il faut attendre que la Lune soit couchée

Une date entre le 13/09 et le 16/09 convient, j’ai choisi arbitrairement la nuit du 16/09 au 17/09 :

Nuit Moon Set Astronomical Darkness Starts Astronomical Darkness ends Durée
16/09 – 17/09 19:35 19:41 03:55 08:14

Les heures sont en UTC

On positionne date et heure

AP92

Les premiers objets de la liste classée par altitude décroissante

AP94

L’idéal est de choisir un objet qui reste bien au-dessus des 30° d’altitude pendant une grande partie de la nuit

En démarrant l’indicateur de visibilité à court terme à 19H sur une durée de 9H on voit que l’amas ouvert NGC7380 répond bien à ce critère

AP95

Avec la combinaison RC 8″ + ST-8300M cela donne :

AP96

Avec la combinaison RC 8″ + ST-8300M + réducteur x0.67 cela donne :

AP97

Exemple 3

  • Type de séance : photographie planétaire de Jupiter
  • Lieu : Montastruc la Conseillère
  • Quand : la première date qui convient
  • Instrument : Celestron C11 EdgeHD + IDS 3240LE-NIR

A cause de la rotation rapide de Jupiter sur elle-même et avec un instrument de cette ouverture, on dépasse rarement 60 secondes par capture

Il reste à trouver une nuit où Jupiter dépasse les 30° d’altitude durant la nuit. Pour cela on part de la date en cours et on la fixe, puis on positionne l’heure à 23:59:59. On positionne l’incrément de temps sur 1d (un jour). On démarre l’indicateur de visibilité à court terme à 12H sur une durée de 24H.

On parcours alors les jours successifs, l’indicateur de visibilité est mis-à-jour, on peut rapidement repérer une nuit où Jupiter répond au critère d’altitude.

AP98

L’indicateur ci-dessus montre que le 09/12/2015 à partir de 03:00, Jupiter sera à plus de 30° d’altitude, et ce jusqu’à 05:00 sans être gêné par la Lune

Avec la combinaison Celestron C11 EdgeHD + IDS 3240LE-NIR 640×480 cela donne :

Jupiter1

Avec la combinaison Celestron C11 EdgeHD + IDS 3240LE-NIR 640×480 + barlow x2 cela donne :

Jupiter2

Avec la combinaison Celestron C11 EdgeHD + IDS 3240LE-NIR 640×480 + barlow x3 cela donne :

Jupiter3

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 88 autres abonnés

Contact

louis.joly_at_wanadoo.fr

Remplacer _at_ par @